David Gerstein artiste

David Gerstein

David Gerstein was born in 1944 in Jerusalem. At a very young age, he was captivated by art and nothing seemed to quench his thirst for learning.

This born artist then undertook to travel the world from school to school to train for his passion. It is logical that he begins his journey by studying at the Bezalel Academy in Jerusalem. Then his lifelong dream, Paris, stretched his arms and he left to join the Beaux-Arts in 1960. He then attended the Art Student League in New York and his steps led him to Italy where he participated in the Biennale of Printing in Florence in 1972. He graduated from St Martin’s School of Art in London in 1974.

During his travels, David Gerstein was deeply influenced by all the cities he visited, their culture and their energy, which would irrevocably shape his style and his resolutely cosmopolitan sensibility.

See his art

Bar scene sao paulo
70x52x12cm

Bar people
70x52x12cm

Bar at night
70x52x12cm

Art attack
78x169cm

After hours
70x52x12cm

1000 kisses
120x66x14cm

5th Avenue L
77x70cm

5th Avenue K
77x70cm

5th Avenue M
77x70cm 

5th Avenue N
77x70cm

Barcelona Bouquet
71×100 cm

Baking A
140×56 cm

Baking B
140x56cm 

Bouquet Monaco
76x90cm

Bouquet Jaffa
78×90 cm

Brussels Bouquet
82×100 cm

Brush Strokes Oval
155x90cm 

Burning Lips
120x98x14 cm

Champs Elysées
120×54 cm

Cinderela
100×74 cm

City on Wheels
120×116 cm 

Coexistance
120×120 cm

Cosmopolis
66×178 cm

Couple of Strokes
240 cm

Dutch Bouquet
100×89 cm 

Elegance
62×140 cm

Endless Walk
160×95 cm

Endless Love
110x110cm

Exotic Birds
120×120 cm 

Graffiti Kiss
160×65 cm

Happy Ride
240×70 cm

Honeymoon
110x110cm

Infinity Rally
130×75 cm 

Infinity Tour
160×95 cm

Jazz and the City – Clarinet
88×83 cm

Jazz and the City – Contrabass
87x87cm

Jazz and the City – Drummer
98×75 cm 

Jazz in the City – Guitarrist
88×80 cm

Jazz and the City – Pianist
97×95 cm

Jazz and the City – Saxophone
89x88cm

Jazz in the City – Trumpeter
88×83 cm 

Lips Liner
120×77 cm

Lipstick
80×72 cm

London Bouquet
76×100 cm

Magic Cloud
188×120 cm 

Mamila A
177×68 cm

Mamila B
177×68 cm

Marathon Berlin
180×143 cm

Marathon NY
160×84 cm 

Marathon Paris
100×60 cm

Mikonos
220×58 cm

Nature Lover
200×120 cm

NY Bouquet
73×100 cm 

On the Bar
70x52x12 cm

Pair of Tulips
160×145 cm

Paris Bouquet
700×100 cm

Peloton Wave A
156×75 cm 

Peloton Wave B
163×78 cm

Pond
180×93 cm

Primary Colors
196×45 cm

Quality Time
170×137 cm 

Racing
180×110 cm

Read my Lips
80×47 cm

Rothschild Avenue A
136×105 cm

Rothschild Avenue B
131×116 cm 

Shoemania
100×82 cm

State of Mind
122×102 cm

Sun of the Beach II
80×75 cm

Sun of the Beach III
80×69 cm 

Sun of the Beach IV
80×63 cm

Sun of the Beach V
80×73 cm

Sun of the Beach VI
80×75 cm

Sweet and Sour
160×110 cm 

Synergy
160×146 cm

Tel-Aviv Bouquet
77×100 cm

TLV Avenue Left
130×70 cm

TLV Avenue Right
138×70 cm 

TLV Beach Promenade Left
165×68 cm

TLV Beach Promenade Right
149×70 cm

TLV on Wheels
180×93 cm

Tour de France
160×155 cm 

Tour de Force A
197×78 cm

Tour de Force AB
378×122 cm

Tour de Force B
205×75 cm

Tulips Brush Strokes
81×180 cm 

Urban Dream
132×160 cm

Vertical Pond
74×171 cm

Wow
60×44 cm

Cette formation plus que complète lui donne le goût et la polyvalence pour nombreuses techniques : peinture, gravure, sculpture… La peinture, et notamment la peinture figurative pour laquelle il se battra dans le but d’en faire reconnaître la légitimité, sera son premier amour. Il trouve son inspiration dans les choses simples de la vie moderne : ses souvenirs d’enfance, les vacances, des scènes du quotidien ou ses expériences personnelles. On y retrouve pourtant de manière omniprésente un dénominateur commun : le mouvement. Ses œuvres sont très pop, colorées, vibrantes et joviales, particulièrement ludiques et empruntes d’une certaine touche d’humour.

Alors qu’il jouit déjà une belle renommée grâce à ses peintures, il se tourne de plus en plus vers la sculpture qui lui donne la possibilité grisante d’explorer davantage le mouvement qu’il aime tant et le relief. Après s’être quelque peu cherché, il se spécialise dans la méthode de l’acier découpé et il est l’un des pionniers à utiliser la découpe laser dans l’art. Il réalise alors une série de « figures sculptées ». Cette technique le ravit car elle lui permet de donner vie à des œuvres en trois dimensions. L’expression « sortir du cadre » prend alors pour lui tout son sens ! Il confiera d’ailleurs : « Dès le début, j’ai essayé de créer des peintures tridimensionnelles, c’est ce qui m’a amené aux sculptures en bois au début des années 80. Soudain, quinze ans plus tard, j’ai finalement trouvé le moyen parfait de créer une peinture en trois dimensions, flottant sur le mur, respirante, vivante. C’était, pour moi, un moment d’eureka. Je savais dès lors que je voudrais continuer à développer ce medium »
David Gerstein est intimement convaincu que l’art se doit de s’adresser à tous, tant au regard aguerri qu’à l’œil néophyte. C’est pourquoi, il s’applique très tôt à sortir des limites que représentent les musées et les galeries pour investir la rue, parfait écrin pour sa folie des grandeurs. Les parcs, les stades et les centres commerciaux deviennent ses terrains de jeu favori. Il réalisera notamment le Momentum, une pièce théâtrale de 18,5 mètres considérée comme la plus haute sculpture de Singapour.

logo eyecom – Agence de communication et d’événementiel